top of page
Rechercher

L'alimentation yogique théorie 1/2 - notes du podcast

Aujourd'hui, je reviens vers vous pour vous parler d'alimentation. Plus précisément de l'alimentation yogique, mais qui se rapproche aussi beaucoup de l'alimentation en ayurveda, ou encore de la macrobiotique, etc...


L'alimentation yogique, c'est simplement une alimentation saine, avec en plus quelques principes du yoga.


Alors, pour commencer, elle se définit comme une alimentation lacto-végétarienne, sans viande, poissons ni œufs.


On y déconseillera aussi les oignons, l'ail, le poireau, les champignons ainsi que les aliments fermentés. Ce principe vient du fait que la fermentation est considérée comme une forme de mort des aliments.


Elle est essentiellement constituée de céréales complètes, légumineuses, fruits et légumes frais, d'oléagineux et de produits laitier. (E*n alimentation yogique, on conseille les produits laitiers pour la simple et bonne raison qu'il s'agit d'une tradition très ancienne et qu'à 'époque, les produits laitiers étaient de bonne qualités, sans antibiotiques et autres substances chimiques.)* On va aussi éviter la cuisson excessive, la transformation industrielle ainsi que les plats réchauffés. L'excès d'épices, de sucres et de caféine est aussi à éviter.


L'alimentation yogique va aussi prendre en compte l'impact subtil de la nourriture sur le mental.


Il s'agit avant tout d'une alimentation basée sur la nature et son observation. Notre environnement est formé de la nourriture que nous mangeons, de l'air que nous respirons, des choses que nous voyons, touchons et entendons. Et ceci influence et détermine profondément notre environnement interne.


Dans le yoga, on apprend à contrôler notre corps physique pour contrôler le mental. Effectivement, chacune des asanas à pour unique objectif de modeler notre corps pour faciliter la posture assise nécessaire à la méditation. Pour ce faire, l'alimentation va jouer un rôle clé dans le contrôle du corps physique.


Pourquoi je parle de corps physique?


Parce qu'on est constitué de 5 corps au total. Le premier est **anamaya kosa** qui signifie "le corps fait de nourriture". Cette expression nous prouve l'importance que joue l'alimentation dans cette discipline.


Le yoga reconnaît 3 qualités (**gunas**) dans la nature; on va aussi les retrouver dans l'alimentation. D'abord il y a le **Tamas**, qui représente l'inertie et la résistance, c'est l'énergie de la nuit. Ensuite, le **Rajas**, qui est le dynamisme et le changement, c'est l'énergie quand le soleil est à son Zénith, et pour finir le **Sattva** qui est l'équilibre et la pureté, c'est l'énergie du lever du soleil.


Trop de Tamas dans l'assiette va engendrer de la paresse, une envie de rien, de l'impatience et un sommeil démesuré . On va le retrouver dans les plats lourds, gras, les aliments fermentés et transformés ainsi que la viande, le poisson, les œufs, l'alcool et les champignons.


Trop de Rajas dans l'assiette va entraîner une agitation constante, de l'impatience et un sommeil agité. On va aussi avoir tendance à mettre en route beaucoup de projets sans forcément réussir à aller jusqu'au bout. Il se retrouve dans les aliments forts en gout, le sucré, le salé, le pimenté, le café, ou encore le chocolat. A terme, trop de rajas va avoir tendance à accélérer l'organisme, mais va aussi nous donner envie de continuer à manger alors qu'on a atteint la satiété.


A contrario, on ne mettra jamais assez de sattva dans notre assiette. Celui-ci va favoriser l'esprit clair et lucide, va nous apaiser et favoriser la bonne santé du corps. On retrouve le sattva dans les aliments complets, naturels et de bonne qualité. Avoir une alimentation à dominante sattvique va aider à la bonne digestion et ainsi nous procurer de l'énergie tout en nous calmant le mental pour la méditation.


Cependant, il ne s'agit pas de supprimer rajas et tamas puisque le premier va aussi stimuler la créativité et le passage à l'action tandis que le second va aider à la stabilité. Vous l'aurez compris, l'important est de ne pas tomber dans les extrêmes, mais de bien **équilibrer** les apports afin d'avoir un corps et un mental sain.


La nature des aliments n'est pas le seul facteur impactant notre santé puisque la manière de préparer et d'ingérer le repas va aussi influencer les gunas. Manger tard le soir, en trop grosse proportion, avec précipitation, réchauffé ou congelé va favoriser le tamas par exemple.


Par contre, mieux vaut manger des plats faits maison ou des légumes frais congelés plutôt que des plats industriels.











4 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page