top of page
Rechercher

Storytime de ce qui m'est arrivé en mars

Trigger warning : cette partie parle de mon accident, si tu ne te sens pas en capacité d'en lire plus dessus, rendez vous dans la partie 2 sur mes ressources !

 

Bonjour à tous et toutes !

 

Comme promis dans le mail précédent, je vous fais une petite storytime sur ce qui m'est arrivé le 8 mars.

 

Le vendredi 8 mars vers 15h30, je suis en route vers Vannes après avoir fait un échange avec une amie. Elle avec le forfait "Je m'autonomise avec le yoga" moi avec un suivit cours de chant.

 

A hauteur de Muzillac, des travaux de fauche gènent la circulation et nous ralentissent. 

 

Alors que les travaux se terminent, j'entamme un dépassement et très vite, une berline arrive derrière moi et me fait des appels de phares. Voyez vous, 110 km/h sur une route à 110km/h ce n'est visiblement pas assez rapide...

 

Bref, je finis mon dépassement et me rabat, quand, arrivé à ma hauteur, le gars donne un gros coup de volant et m'éjecte de la voie rapide. S'ensuivent quelques très longues secondes en tonneaux accompagnés de cris (merci le chant du matin qui m'a permis de ne pas perdre ma voix suite à ça^^) 

Dans mon malheur, j'ai eu assez de chance et peu de soucis physiques : quelques coupures, une contusion à l'omoplate et des courbatures partout. Le fait d'avoir vu la voiture me foncer dessus à permis à mon corps de se raidir et de se préparer au choc. Grande chance pour le physique, un peu moins pour le mental.

 

J'ai déclenché par la suite un stress post traumatique et un début de phobie sociale : pratique quand ton travail consiste à voir du monde...

 

Si je te raconte tout ça, c'est pour te parler des ressources qui m'ont aidées à m'en sortir et pour que ce moment difficile pour moi puisse trouver raison d'avoir eu lieu.


Mes Ressources :

Les ressources qui m'ont aidées à m'en sortir sont nombreuses et de toutes sortes !

 

La première à été d'accepter d'avoir besoin d'un temps de repli à la maison. 

Ce n'est pas dans ma nature, mais la première choses dont j'ai eu besoin c'est du repos ! Du repos pour permettre de me rétablir plutôt rapidement physiquement.

 

Pour ce qui est des coupures, comme toutes coupures : garder la zone propre et l'hydrater. Pour ça, j'avais ma crème magique à la propolis de la marque Forever. Le fait qu'il y ait eu de la propolis dedant à permis de faciliter la cicatrisation ( c'est à la base ma crème spéciales zones sèches , pieds et mains). J'ai couplé à ça la prise de pulpe d'aloé vera pour garder une bonne hydratation globale du corps, ce qui aide aussi à la cicatrisation.

 

Pour ce qui est de la contusion et des courbatures, mes deux indispensables, ont été 

  • l'huile à l'arnica de weleda. Je m'en suis beaucoup badigeonnée !

  • la crème cooling de forever, qui est une crème à l'eucalyptus et au mentol, idéale pour les douleurs musculaires et articulaires.

La combinaison des deux a là aussi permis une rémission plutôt rapide.

 

Pour ce qui est du mental, ca a été un peu plus long ; mes premières ressources ont étés le temps, le calme et les activités doudou : 

  • lire

  • écouter de la musique

  • laisser les écrans loin

  • le tricot

  • la cuisine ( c'est fou comme préparer de bons repas et me lancer dans le levain m'a fait du bien)

J'ai aussi très vite fais la démarche d'aller voir une psychologue pour pouvoir parler de ce qui m'arrivait et ne pas laisser le traumatisme s'ancrer en moi.

 

J'ai eu aussi une phase ou tout devait être propore, rangé, trié, j'ai donc passé beaucoup de temps à faire du tri, nettoyer la maison, et faire des petits travaux de peinture qui ne me demandaient pas d'accrobaties.

 

Tout ce qui me demandait de réfléchir était une corvée, je n'arrivait à me concentrer sur rien et ça me fatiguait beacoup.

 

La présence de mon chéri et de mes amis  à aussi été un véritable soutiens, autant pour parler que pour me changer les idées !

 

Enfin, ce week end, j'ai pu revoir le groupe avec lequel je suis en formation depuis septembre. Formation dans un cadre merveilleux ou le réseau ne passe pas et avec un groupe dans lequel je me sens en safe place !

Grace à une des participantes, j'ai pu faire une séance d'EMDR pour continuer à évacuer le traumatisme et me sentir mieux dans ma tête.


Et le yoga dans tout ca ?

Honnetement, le yoga est revenu très tard, au départ, je n'arrivais pas du tout à me poser sur mon tapis. Comme dit ma psy dans ces moments la "le yoga c'est comme de vouloir manger de la soupe avec une fourchette" ce n'est pas le bon outil.

J'ai reconnecté avec ma pratique personnelle il y a une semaine environ, avant ça, c'était trop compliqué.

 

Ce week end à été un vrai moment de reconnexion avec ma pratique : au soleil sur un pont au dessus de la rivière, face à la pature des chevaux, avec à gauche le moulin et à droite les pommiers. Un pur bonheur de repratiquer au soleil au son de l'eau qui coule et des chants d'oiseaux. 

Je sais que tout le monde plébiscite le yoga, moi la première, mais il faut aussi être honnête, et accepter qu'il n'est pas miraculeux ! 

 

Par contre, une fois le gros du trauma passé, sa pratique redeviens interessante car permet de reconnecter avec le corps, de baisser le volume sonore du mental et revenir à l'équilibre.





3 vues0 commentaire

Comments


bottom of page